• Pourquoi marine le pen va gagner la prochaine présidentielle

    La catastrophe est imminente, Il faut s’en persuader pour mieux la conjurer : un bloc électoral face à la fragmentation politique ; un bloc historique où toute couche sociale dans sa marche au pouvoir doit s’ouvrir à d’autres couches pour l’emporter ; un bloc idéologique ; un bloc mondial.
  • État de tension

    Les récentes élections régionales en Allemagne et le retour de l’extrême-droite allemande, la suspension du parlement en Angleterre, la crise italienne où Matteo Salvini perd le pouvoir mais gagne l’alternative, l’impasse espagnole ou l’extrême droite revient, l’Autriche où l’extrême droite gouverne comme en Hongrie ou en Pologne.
  • J’aime la gauche

    C’est bientôt la rentrée. Les marronniers sont de sortie. Et pourtant la situation n’a rien d’habituel. Les défis sont inédits. Jamais, depuis la guerre d’Algérie, la France ne se sera autant cherchée, pour savoir qui elle est, où elle va. Jamais, depuis le traité de Rome, l’Europe n’a été aussi fragilisée.
  • Le patron des enquêteurs de l'ONU plaide pour un "Nuremberg" de l'EI

    Voilà des mois que je plaide pour un « Nuremberg » de l’Etat Islamique. Barham Saleh, président de l’Irak, à qui j’avais fait la proposition, n’y était pas opposé. Le patron des enquêteurs de l’ONU démontre que ceci n’était pas une idée farfelue. L’Europe doit soutenir cette voie.
  • À lire !

    Livres à lire absolument : le naufrage des civilisations d’Amin Maalouf, les figures de la gauche depuis 1789 sous la direction de Michel Winock, le peuple contre la démocratie de Yascha Mounk, la guerre des métaux rares de Guillaume Pitron
  • Le 17 juillet et les données de notre problème

    Dans un climat délétère de lente déstructuration politique, de fracturation, voire de décomposition, dans un moment de transition où tous les éléments stables, obtenus en créant l’état social, sont destabilisés ou obsolètes, dans une époque où les défis sont nouveaux
  • L’Allemagne a obtenu ce qu’elle voulait

    Une première chose m’a frappé dans le commentaire de l’accord européen sur les postes à pourvoir. Emmanuel Macron a employé les mêmes mots que Nicolas Sarkozy après un sommet où nous fûmes humiliés sur le traité budgétaire, au point qu’Henri Guaino se lâcha "contre l’intransigeance allemande" : " C’est un accord franco-allemand décidé ensemble"
  • Réconciliation ? Je persiste et je signe !

    Je n’en attendais pas tant. Ma tribune au JDD a provoqué un début de conscience unitaire et de renouveau et évidemment, des réactions inhérentes aux professionnels des mouvements sociaux et au sectarisme de fer de certains. D’abord, merci à ceux qui ont trouvé dans mes propos l’écho de leurs propres préoccupations.
  • LREM ou la deuxième droite juppéo-pompidoliste et le front démocratique anti-Macron

    Contrairement à ce que tout le monde semble penser, Emmanuel Macron n’est pas seulement un technocrate obsédé par la conversion de la France au modèle anglo-saxon. Même si c’est sa seule nature idéologique, c’est aussi, ou dans le même temps, un politicien dans le sens le plus vulgaire du terme.
  • Je soutiens l'union de la gauche et des écologistes par les territoires

    Je soutiens la démarche du Sénateur Ronan Dantec. Son appel est la bonne approche : celle qui contourne les blocages de sommet ; celle qui s’appuie sur la gauche municipale ; celle qui cherche les nouveaux chemins de l’union et du renouveau.