• Le point sur le conflit

    Les signes ne trompent pas. L’Élysée multiplie les confidences. Le président aurait été réticent à l’annonce sur l’âge pivot « D’ailleurs, ce n’était pas dans ses propositions de campagne » nous souffle-t-on. L’image, reprise par les médias, est celle d’un Édouard Philippe incarnant une ligne dure, anti CFDT, garante des équilibres budgétaires et de l’image réformiste de droite.
  • Une nouvelle époque commence

    Dans ma jeunesse il était interdit d’interdire. Aujourd’hui, il semble que ce soit chaudement recommandé. On devait jouir sans entrave et sans temps mort.
  • Toujours moins

    Le mouvement multi-catégoriel du 5 décembre est la réplique du séisme des gilets jaunes. Le vecteur, le prétexte dirons-nous, est la réforme des retraites. Pour les gilets jaunes, il s’agissait de la hausse du carburant.
  • Le retour du social

    Ouverte par les Gilets jaunes, mais déjà sous-jacente dans les mouvements sociaux à propos de la loi travail, la question sociale va surgir, casquée de mille colères, le 5 décembre. L’appel de la coordination des ronds-points des gilets jaunes à rejoindre cette grève générale des transports reconductible, va rendre visible cette question sociale.
  • Il faut être clair : lettre ouverte aux Républicains

    La République est notre bien le plus cher. L’égalité, évidemment réelle, la liberté, assurément ordonnée et la fraternité laïque sont les valeurs qui fondent la France.
  • L’explosion vient

    En 1968, Pierre Viansson-Ponté écrivait dans le Monde, quelques mois avant les événements de mai : la France s’ennuie. Nous pourrions dire aujourd'hui : la France fulmine.
  • Le choix de Macron

    Le choix du président de la République de s’exprimer dans le magazine Valeurs actuelles pour défendre la laïcité est cruel. Il est cruel pour la gauche dont il signifie ainsi l’insignifiance à ses yeux.
  • Le dîner des Présidents de Jean-Christophe Cambadélis

    Que s’est-il passé la nuit d’émeutes du 2 décembre 2018 ? Un roman politique #LeDinerDesPresidents de Jean-Christophe Cambadelis @EditionsKero
  • Elysée 3 : de la France

    Le mal-être de la France. Il y a un malaise français, source d’une souffrance française. Hostile au libéralisme, rétive au modèle anglo-saxon, allergique à la mondialisation, la France s’est perdue de vue dans les trente piteuses.
  • Élysée 2 : La renaissance de la gauche sera doctrinale et passera par le bas

    Il est de bon ton de dire qu’il n’y aura de refondation de la gauche que par une incarnation. C’est au fond le point commun de Hollande, Cazeneuve, Royal, Mélenchon, Jadot, voire même Montebourg qui amorce un retour. C’est, semble-t-il, les leçons de la Ve république, de Mitterrand, de Jospin ou de Hollande.