• Debout la gauche, réveillez-vous !

    Mon précédent texte a produit beaucoup de débats et d’interpellations. Je vais tenter de répondre cette semaine et les semaines à venir à ces questions ;
  • Il y a urgence à rassembler la gauche non mélenchoniste

    L’acte IX des gilets jaunes et « la lettre aux Français » d’Emmanuel Macron démontrent que nous allons soit au référendum, soit à la dissolution, soit le plus probable aux deux. Le président a refusé un gouvernement de concorde nationale. Il a gardé un dispositif lourdement contesté, et, par sa lettre, il a maintenu l’essentiel de ce qu’il estime être sa légitimité élective.
  • Le pari d'Emmanuel Macron et celui des gilets jaunes

    Le discours du 31 décembre 2018 du président de la République et la provocation-mobilisation d’Éric Drouet ont planté le décor du début d’année. Emmanuel Macron a décidé de s’enfermer dans le donjon du premier tour de la présidentielle ; de la même façon que Sarkozy, affaibli, décida le 30 juillet 2010, avec son discours de Grenoble sur l’identité, de reprendre pied.
  • 2018-2019 tout s'accélère

    L'année fut, paraît-il, la plus chaude du siècle. Cette constatation n'est pas seulement climatique. Cette année fut celle de l'ébranlement occidental, si on accepte que l’Occident soit le berceau de la démocratie, de l'état de droit et de l'état social.
  • Quand le Parti Socialiste adoptait le référendum d’initiative populaire

    Le Parti Socialiste adoptait en mai 2016 via la commission sur la réforme constitutionnelle, présidée par Laurent Dutheil, le référendum d’initiative populaire. Ce texte de 50 propositions, qui a été repris en partie par Benoît Hamon lors de la présidentielle, proposait de nombreuses évolutions constitutionnelles dont le référendum.
  • En 2019, tout va s'accélérer

    Bonnes Fêtes
  • Gilets jaunes et maintenant ?

    Il y aura un avant et un après gilets jaunes. Pour Macron, c’est évident, cette menace va brider toute la fin de son quinquennat. La question du départ du gouvernement Philippe va monter. Mais la jonction sous le gilet jaune du national populisme et du populisme de gauche a enfanté un nouvel acteur sur les terres même du populisme.
  • Il faut un gouvernement de concorde nationale pour l'urgence sociale

    INVITÉ jeudi du "Talk Le Figaro", Jean-Christophe Cambadélis a jugé qu'il était malvenu que le gouvernement appelle les "gilets jaunes" à ne pas manifester samedi prochain "sans lui-même faire un geste raisonnable". "Il pourrait recevoir des "gilets jaunes" samedi dans toutes les préfectures pour discuter des mesures qui ont été annoncées", a déclaré l'ancien premier secrétaire du Parti Socialiste. Cette idée "pourrait éviter une manifestation nationale", a-t-il dit.
  • Ségolène Royal peut rassembler la gauche aux européennes

    Le congrès du Parti socialiste européen, qui s'est tenu à Lisbonne, amorce un virage à gauche. Jean-Christophe Cambadélis y était. Propos recueillis par Emmanuel Berretta - Le Point
  • Macron au milieu du gué

    Le président de la République a mis 15 milliards d'euros sur la table sans électrochoc politique. Ce qui était impossible hier est devenu possible aujourd'hui. Les gilets jaunes et la violence sont passés par là.